La mémoire de l’eau…

La mémoire de l'eau. - Telle une infime goutte d'eau dans l'Univers. - Racontez-nous une histoire sur le thème de la mer
Telle une infime goutte d’eau dans l’Univers.
La mémoire de l eau.

« Souviens toi, quand tu n’étais alors que goutte d’eau, larme de ciel, vapeur ou simple esprit, transporté par les courants, à travers airs et océans.
Tu vis tant de merveilles et oublias tant de leçons. Apprenant vie après vie, que bien plus plus que tout l’or du monde, le plus grand de tout les trésors, se trouve dans nos différences.
Impuretés que telles des perles tu polissais, poussières rendues semblables à des éclats de lumières.
Elles enrichissaient non seulement ton coeur, mais plus encore celui de ceux qui les contemplaient ».
Aristodème de Cumes. V ème av J-C.

Daniela De Montmartre
Peut être la vie ou l’action se nourrit-elle des trésors de sagesse accumulé par d’autres ?
Le pétrole comme le charbon et même la glace retient en lui les traces d’organismes ou d’indice de notre passé, les clés de la connaissance, que nous avons préférés vaporiser ou incinérer tout comme les dizaines de milliers de momies ayant servie à alimenter les locomotives sur les lignes de chemin de fer entre le Soudan et Alexandrie durant des décennies.
Encore aujourd’hui, nombre de témoignage du génie, humains ou non, sont massacrés et réduits en poussières par des hordes de barbares ne voyant en eux qu’une gêne à effacer pour faire place à une source illusoire de bénéfices.

Imaginez que, guidés par notre insatiable cupidité, nous rasions nos monuments les plus précieux, Notre dame, Stonehenge, La cité impériale, la grande muraille, Le château de Himeji, le pavillon d’or ou les pyramides pour faire place à de polluants parkings, d’immondes supermarchés ou de stupides terrains de foot ou de golf !
Ce ne serait pourtant qu’une infinie fraction de ce que nos « bâtisseurs » détruisent chaque jour au nom du profit. Sacrifiant pour cela, la vie présente et l’avenir de millions de leurs semblables pour les maintenir à tout prix dans la misère et l’esclavage le plus abject.
Tuant la poule aux oeufs d’or, pour en orner de plumes nos chapeaux ridicules ou d’autres poules que tout les glands en chaleur rêvent de se farcir.

Le Whale Watching ou « Approche photographique des Baleines », génère infiniment plus de bénéfices, y comprit à court terme, pour les populations locales, que la pèche intensive et le massacre des cétacés ne pourra jamais en rapporter aux ordures de l’industrie baleinière pour alimenter leurs restaurants de Suki Yaki et leurs fabriques de rouge à lèvre, de parfums et d’aliments pour chiens.
Devinez malgré cela qui l’emporte ?

A force de croire que les ressources de notre pauvre planète sont inépuisables, se répétant sans arrêt « Ah ça ira, ça ira, ça ira… » la grande oasis salés a désormais des airs désolés de Sahara.

Ecrit par daniela de Montmartre le 16.08.2006.

http://www.linternaute.com/livre/temoignage/temoignage/308336/la-memoire-de-l-eau/

Black Eyed Peas – Meet me halfway

Le plus précieux des joyaux.


« Parmi ces créatures vivantes appelées Humains,
aucune n’a été plus précieuse à mon cœur que toi,
et personne ne me sera jamais plus chère.

Ton amour et la satisfaction de ta présence
étaient les deux seules sources d’inspiration de ma vie.
Celles ci auraient pu durer éternellement sans ne jamais faiblir.

Ainsi, je rêvais qu’avec ta seule présence,
je vivrais correctement la vie durant,
sans tromperies ni désagréments.

Seul le Karma connaissait ma pensée,
c’est pourquoi il a créé la discorde
et déchiré ce cœur qui t’appartenait.

En t’emportant, m’éloignant ainsi de ton exaltante présence
et m’imposant un intarissable lot de souffrances,
Il m’a privé de ta douce chaleur ».

Tel est l’unique poème de la civilisation tokharienne parvenu à nos jours.

Les « maux » pour le dire…

Bien Mérité.
Clarika.

La petite carte en plastique que l’État m’a donnée,
ah ouais, je l’ai bien Méritée.
Naitre en république dans une clinique chauffée,
ah ouais, je l’ai bien Mérité.
Les bancs de mon école, le pouvoir d’étudier,
ah ouais, je l’ai bien Mérité.
Aller voir mon docteur quand j’me sens fatiguée,
ah ouais, je l’ai bien Mérité.
La douceur de l’enfance, l’amour qu’on m’a donné,
bah ouais, c’est vrai, j’y avais pas pensé,
bah oui, pardi, on me l’a toujours dit,
bon sang, c’est sûr, c’est la loi de la nature,
c’est l’évidence, t’avais qu’à naitre en France.
Et tant pis pour ta gueule si t’es né sous les bombes,
bah ouais, tu l’as bien Mérité.
T’avais qu’à tomber du bon côté de la mappemonde,
bah ouais, tu l’as bien Mérité.
Si la terre est aride y’a qu’à trouver d’la flotte,
bah ouais.
Un peu de nerf mon gars pour la remplir ta hotte,
bah ouais.
On prend pas un bateau si on sait pas nager,
bah non,
on n’a que ce qu’on mérite, alors t’as mérité.

Bah ouais, c’est vrai, j’y avais pas pensé,
bah oui, pardi, on me l’a toujours dit,
bon sang, c’est sûr, c’est la loi d’la nature,
c’est l’évidence, t’avais qu’à naitre en France,
c’est l’évidence, t’avais qu’à naitre en France,
bah ouais, j’y avais pas pensé,
bah tiens, c’est bien, donnons nous les moyens,
c’est l’évidence, t’avais qu’à naitre en France,
c’est l’évidence, t’avais qu’à naitre en France.


Merci à Appas5 d’avoir ajouté ces paroles et à Clarika de les avoir écrite et surtout chanté.

  • Bien Mérité
  • Moi En Mieux
  • Lâche-Moi
  • Je Ne Serai Pas
  • Les Patineurs
  • Escape Lane
  • Attache-Moi
  • Non Ca S’Peut Pas
  • Les garçons dans les vestiaires
  • De Fille A Femme
  • De l’importance pour le devin aveugle de savoir courir et danser sur le fil du rasoir.

    Lire la suite

    Portrait Tibétain. Histoire de marquer le coup contre leurs occupants ;-)

    Qui suis-je, où vais-je, dans quelle étagère?
    Arrive toujours un moment où l’on aimerait, telle l’insouciante Alice, traverser le miroir.

    Si tu étais un air?
    « Oxygène » de Jean Michel Jarre.
    Le Xlokk ou Sirocco, cet air chaud du désert semant le sable rouge au delà des Sept Mers.
    « De Rien » 🙂

    Une chanson?
    « To Bi or not to Bi » de Ysa Ferrer.
    « Les Filles sont des Garçons bizarres » de Elisa Point.
    « Secrets Glacés » d’Alain Chamfort.
    « Forbiden Colours » de Ryuichi Sakamoto et David Sylvian.

    Un objet?
    j’opterais pour une modeste mais solide théière japonaise en fonte, un éventail pliable en acier aiguisé et une paire de baguettes en inox.

    Une saison?
    Une saison Phœnix.
    Un printemps trop bref, un été à l’ombre, un automne pluvieux, un hiver chaleureux.

    Un plat?
    La vengeance, froide, douce et désaltérante comme un kaki lentement muri 🙂

    Un animal?
    L’Humain, un Centaure, une étincelante et attachante Chimère, un Simurgh, un Narval, ce cétacé à la dent dure…

    Une couleur?
    Arc en ciel, Irisée, gris coloré.

    Un Roman?
    « L’Epopée de Gilgamesh ».
    « Les Voyages de Gulliver » de Jonathan Swift.
    « Est-ce que les androïdes rêvent de moutons électriques » de Philip K. Dick.

    Une légende?
    La légende amérindienne des guerriers de l’Arc en Ciel.
    L’Odyssée.

    Un personnage de fiction?
    Dieu, l’Homme, la Bonté, la Bravoure.

    Un personnage Historique?
    Aristodéme de Cumes.
    Diogéne de Sinope.
    Herakles/Gilgamesh d’Uruk.
    Hermaphrodite d’Halicarnasse.
    Hypathie d’Alexandrie.
    Le Chevalier d’Eon.
    Léonardo da Vinci.
    Omphale de Lydie.
    Penthesíleia.
    Tiresias de Thèbes.

    Un film?
    « Le Roi et le Clown » (« Wang-ui namja » « L’Homme du Roi ») de Lee Jun-Ik (2005).
    « Beautifull Boxer » de Ekachai Uekrongtham (2003).
    « Adieu ma Concubine » (« Bawang Bieji ») de Chen Kaige (1993).
    « Breakfast on Pluto » de Neil Jordan (2005).
    « Blindness » de Fernando Meireilles (2008).
    Satree lek (« Satreelex, the iron ladies ») de Youngyooth Thongkonthun (2000).
    « Conan the Cimerian » de John Milius (1982).
    « Blade Runner » de Ridley Scott (1982).
    « Ran » de Akira Kurosawa (1985).
    « Aprés la pluie » (« Ame Agaru ») de Takashi Koizumi (1999).
    « Tabou » (« Gohatto ») de Nagisa Oshima (1999).
    « Cloverfield » de Matt Reeves (2008).
    « Le Guerrier fantôme » (« Ghost Warrior ») de J. Larry Carroll (1986).

    Une Série?
    « Le Kimono Rouge » (« Bigo o shitte imasuka » « Connaissez-vous Bigot? ») de Olivier Gérard et Yuji Murakami (1982).
    « Battlestar Gallactica » (2003-2009).
    « Pigalle, la Nuit » de Hervé Hadmar. (2009).

    Un film d’animation?
    « Samourai Champloo » et « Cowboy Bebop » de Shin’ichiro Watanabe.
    « South Park » de Trey Parker et Matt Stone.
    « Sin City » de Frank Miller et Robert Rodriguez.

    Une arme?
    La pointe de la connaissance aiguisée des choses de la vie, projetée par l’arc composite de l’expérience et protégée par l’éblouissement du bouclier de lumière.

    Un endroit?
    L’Atlantide.
    La Fontaine de Salmacis.
    Le Jardin des Hespérides.

    Une devise?
    « Apprendre, Comprendre, Partager, sont les trois joyaux permettant l’humanité de s’élever. Toute autre valeur n’est que vanité ».
    « Apprendre, c’est comprendre que tout est lié ».
    « Noël au balcon, enrhumé comme un con ».

    Une locution?
    A bove ante, ab asino retro, a stulto undique caveto.
    Prends garde aux boeuf par devant, à l’âne par derrière et aux imbéciles par tout les cotés.
    Bene diagnoscitur, bene curatur.
    A bon diagnostique, bon remède.
    Dat veniam corvis, vexat censura columbas.
    La censure pardonne aux corbeaux et poursuit les colombes.
    Ave, ave, aves esse aves?
    Salut aïeul, veux-tu bouloter des oiseaux?

    Un oiseau?
    La Grue de Mandchourie.
    Le Cormoran.
    Le Phoenix.
    Une Sirène.

    Un élément?
    L’Aurichalque.
    Le Souffre à l’état gazeux
    L’Eau et l’état solide
    L’Air à l’état liquide.
    Le Feu de la passion.

    Un Phénomène Physique?
    La sublimation.
    La réverbération.

    Un végétal?
    La Mousse costaude, l’éponge la Datte, le Bambou matinale, l’Anémone de mer, la Gorgone, le Figuier, le Plaqueminier.

    Un fruit?
    Celui de la connaissance,
    Le Concombre et ses deux Abricots,
    le Kaki Transgénique,
    la Péche sans la ligne,
    la Tomate Cerise,
    la Passion.

    Un bruit?
    Celui d’une cascade de glace 🙂
    D’une pluie de pétale.
    D’un vent de folie.

    Un climat?
    Chaud et humide comme la mousson d’Eté.
    Froid et sec comme celle d’Hiver.

    Un loisir?
    L’écriture.
    Apprendre, Comprendre et Partager.

    Une planète?
    Gaïa ou Nibiru.

    Un vêtement?
    Un simple tube traditionnel plus ou moins cousu, Toge, Kimono, Chi Pao ou Sarong.

    Une pièce?
    La chambre volière/salon/salle à manger/bureau/jardin d’hiver.
    « Chûshingura ».
    « La nuit des Rois » et « Le Roi Lear » de Wiliam Shakespear.

    Un véhicule?
    Un Whike ou vélo couché à voile (ou à vapeur), ou une trottinette aiguisée 🙂

    Un adverbe de temps?
    Bientôt.

    Un adjectif?
    Subversive, Ambigüe, Sibylline, Chevaleresque, Décalée mais pas Coupée.

    Mon héroïne ou mon héros favori?
    Cybèle,
    Salmacis,
    Penthésilée,
    Omphale,
    Gilgamesh / Herakles,
    Tiresias,
    Diogène de Sinope,
    Aristodeme de Cumes / Parthénopée,
    Hypatie d’Alexandrie,
    Gong Gil,
    Zheng He,
    Léonard de Vinci,
    la chevalière d’Eon,
    Ariane Bourgoin,
    Daphné Bürki,
    Pauline Lefèvre,
    Marie Colmant,
    Patrick Boutot,
    Jacques Yves Cousteau,
    Yves Paccalet,
    Paul Watson,
    … et ma maman 🙂

    Une qualité?
    Altruiste,
    Autodidacte, Protectrice, Renversante, Constante, Enthousiaste, Habitée, Lumineuse et infiniment Modeste 🙂

    Un défaut?
    Franche, Altruiste, Protectrice, Renversante, Constante, Enthousiaste, Habitée, Lumineuse et définitivement beaucoup trop Modeste 🙂

    Une religion?
    Le culte de Cybèle, le Sikhisme, l’Hindouisme, le Shintô ou toute autre Philosophie Chamaniste en accord sur le fait que l’Homme dois comprendre et servir Mère Nature et non l’inverse.

    Et toi, qui es-tu?