Le plus précieux des joyaux.


« Parmi ces créatures vivantes appelées Humains,
aucune n’a été plus précieuse à mon cœur que toi,
et personne ne me sera jamais plus chère.

Ton amour et la satisfaction de ta présence
étaient les deux seules sources d’inspiration de ma vie.
Celles ci auraient pu durer éternellement sans ne jamais faiblir.

Ainsi, je rêvais qu’avec ta seule présence,
je vivrais correctement la vie durant,
sans tromperies ni désagréments.

Seul le Karma connaissait ma pensée,
c’est pourquoi il a créé la discorde
et déchiré ce cœur qui t’appartenait.

En t’emportant, m’éloignant ainsi de ton exaltante présence
et m’imposant un intarissable lot de souffrances,
Il m’a privé de ta douce chaleur ».

Tel est l’unique poème de la civilisation tokharienne parvenu à nos jours.
Publicités

L’Oeil du Cachalot.

23 décembre 2005
Dans les heures qui vont suivre, notre ami Paul Watson se prépare à un violent face à face avec la flotte baleinière japonaise.
Paul se trouve aujourd’hui au large du Glacier Mertz et de la Terre Adélie avec son équipe de 43 courageux volontaires. Tous sont plus que jamais avides d’en découdre avec ces immondes assassins nippons qui massacrent la faune marine.
Il semblerait, hélas, que ces derniers soient armés et largement capables de couler le Farley Mowat.
N’oublions pas qu nous nous trouvons ici à mille lieux de toute terre habitée et que tous les mauvais coups sont permis sans témoins… Aidez le Sea Shepherd !

Le message en anglais :

December 23rd, 2005

I am sending this e-mail from our ship the Farley Mowat to a small list of friends and supporters. We are down off the coast of Antarctica about 180 miles off the Mertz Glacier and the Adelie coast.

We are about five hours from interception of the Japanese whaling fleet. We are presently on an interception course. I am anticipating a confrontation with the Japanese whalers in a few hours.

Apparently, we have been warned that the Japanese have firearms and that they intend to aggressively resist us. We anticipate that we may sustain some damage but our objective is to shut down their illegal activities and we will risk losing the ship if need be to further that objective.

The crew are ready and eager to engage the Japanese whalers. We will have a helicopter in the air and three inflatables on the water during the confrontation to film the intervention.  I want you all to know that I am down here with 43 dedicated and courageous volunteers who have given up their holidays with friends and family to be here to defend the Piked and Fin whales from the merciless grenade tipped harpoons of the Japanese fleet. We anticipate a battle today. I have been working towards this showdown with the Japanese fleet for 25 years. Now at last, their ships are within striking distance and we will do everything we can with the resources at our disposal to shut down their illegal slaughter of these gentle and intelligent creatures.

We may lose our ship and find ourselves in our lifeboats within the next few hours. I am quite sure we will sustain damages.

But I want you to know that there is nowhere in the world that we would rather be at this moment, and that there is nothing else that we can imagine doing other than what we are doing right now.
For this holiday season, we want to give a gift of life to the whales and if we can stop this fleet, if we can stop the killing, we will be very happy.

I want to enter the New Year knowing we have stopped these killers.

For all of you who have supported our efforts, thank-you. You helped to put us here where we want to be. We are grateful. This is a glorious way to end this year, down here at the bottom of the world amongst magnificent icebergs in a sea of whales, seals, penguins and birds fighting the most ruthless killers in the world. I hope that within 25 hours, if we still have a ship and if we still have communications that I will be able to report to you the consequences of our intervention.

Happy Holidays

Captain Paul Watson and the crew of the Sea Shepherd ship Farley Mowat.

Further updates contact  www.Seashepherd.org

Fin novembre 2005.


Dès le 5 décembre 2005, le Farley Mowat, affrété par l’organisation Sea Shepherd, s’en ira naviguer dans les eaux froides de l’Antarctique afin d’y empêcher les opérations de chasse à la baleine menée par la flotte japonaise.  Celle-ci, on le sait, s’est décernée le droit de massacrer 935 petits rorquals, soit le double des prises de l’année dernière, parmi d’autres victimes.

Le Farley Mowat ne manquera pas de croiser sur sa route les deux navires de greenpeace, dont on peut supposer que le comportement sera moins agressif que celui du célèbre «pirate» Paul Watson.

Mais comme le déclarait celui-ci :
«Les chasses japonaises sont totalement illégales. Pour arrêter des pirates, eh bien, vous avez besoin d’autres pirates !»

Cette année, l’association Sea Shepherd fera appel à un hélicoptère pour repérer les tueurs japonais à distance. Ceux-ci seront équipés d’un navire-usine (où les baleines sont débitées vivantes à la scie sauteuse), de trois baleiniers de chasse et d’un bateau de reconnaissance.

Greenpeace donne plus de détails à ce propos et demande à tout quiconque qui naviguerait dans ces zones de bien vouloir lui signaler la présence des navires suivants :

Le Nisshin Maru, tonnage 8.030, longueur 130 mètres, identification radio JJCJ. C’est le bateau-usine.
Il est accompagné par trois bateaux-chasseurs, le Kyo Maru No. 1 (identification radio JKNG), le Yushin Maru (identification radio JLZS) et le Yushin Maru No. 2 (identification radio JPPV).
La flotte a quitté Shimonoseki, Japon du Sud, à 10 heures (heure locale) le matin du 8 novembre 2005.

Lire aussi :

Le tableau de chasse de la flotte japonaise

Un texte de Paul Watson contre la pêche à la baleine ( 27.11.05 )

«Dans les océans nage une créature merveilleuse dotée d’intelligence, qui se déplace dans les profondeurs sereines des eaux bleues avec une grâce tranquille.
Cet être vit au sein de communautés hautement complexes, socialement interdépendantes, communiquant l’une avec l’autre dans une langue musicale constituée de sons qui s’étendent bien au-delà des faibles capacités sensorielles des humains.

Les grands cétacés constituent la forme de vie la plus gigantesque qui se soit jamais développé sur cette planète, mais ce sont aussi eux qui possèdent les cerveaux les plus grands et les plus complexes qui aient jamais vu le jour depuis que la vie est apparue sur notre planète bleue, il y a quelques trois milliards d’années.

Il y a bien d’autres choses, d’ailleurs, que nous ne comprenons pas lorsque nous envisageons ces créatures sous l’angle de nos priorités anthropocentriques.

Nous ne voyons pas, par exemple, que le monde des baleines est en train de disparaître et que nous sommes en train de les effacer à jamais de cette fantastique «fabrique de vie» que sont nos océans.

Le puissant Cachalot, la gigantesque Baleine Bleue, l’incroyable Baleine à Bosse, les étranges Baleines à bec, les Baleines Grises nomades, les Baleines des Tropiques et les Petits Rorquals ont enduré pendant des siècles des souffrances inimaginables. Pendant des siècles, nos harpons cruels leur ont déchiré la peau, éclaté les organes et brisé les os, ils ont fait couler leur sang chaud dans la froideur tombale de la mer silencieuse.

Ces massacres ininterrompus ont mené à l’extinction totale certains de ces doux géants, telle la Baleine franche de l’Atlantique grise ou celle du Golfe de Gascogne.

La plupart des autres espèces sont aujourd’hui sur le point de disparaître.

Pourtant, malgré ce désastreux bilan, les massacres continuent.
Des pays comme la Norvège ou le Japon persistent à mener ces abattages impitoyables et insensés, poursuivant leurs malheureuses victimes jusqu’aux confins de la Terre.

En 1975, un cachalot blessé à mort a épargné ma vie, malgré l’agonie atrocement douloureuse que lui infligeait un harpon explosif reçu en pleine tête. Assis dans mon canot gonflable, j’ai plongé mon regard au fond du sien tandis qu’il s’éteignait à un mètre de moi et j’ai compris alors qu’il y avait un esprit dans ce grand corps intelligent.
Cela a changé ma vie pour toujours.

Au départ, le grand cétacé avait attaqué mon bateau, après qu’il eut été frappé à la tête par ce harpon-grenade soviétique. Son corps s’est redressé hors de l’eau, me dominant de toute sa hauteur et prêt à m’écraser de son poids énorme en tombant.

Mais dans cet oeil unique tourné vers moi, j’ai vu briller l’éclair d’une reconnaissance.
Nous venions juste d’essayer d’arrêter le tir du harpon mortel et je crois que le cachalot l’a vu, qu’il a compris.

Avec un énorme effort, il a fait en sorte de retomber de côté dans la mer et j’ai vu son oeil, qui me regardait toujours, disparaître sous la surface de l’eau. Le cachalot venait de mourir.
C’est à ce moment-là que j’ai pleinement réalisé à quel point la chasse à la baleine était une pure folie.
A quel point le fait de prendre avec arrogance une telle vie, d’effacer en toute ignorance une telle intelligence, de détruire une si poétique beauté constituait un blasphème ignoble.

La pêche à la baleine à laquelle nous nous opposons aujourd’hui représente une violation délibérée du droit international. C’et un crime contre la Nature et contre l’Humanité, qui se perpétue grâce aux pressions commerciales, politiques et diplomatiques du Japon.
Ce commerce de viande de baleine persiste également du fait du manque de volonté  des autres nations qui n’osent pas se lever pour rappeler au Japon le respect de la loi.
Les baleiniers japonais se moquent aujourd’hui totalement du Droit International relatif à la conservation des espèces.

Comme les océans seront tristes et vides, privés de leurs baleines !
Notre aliénation à l’égard de la nature sera totale si nous continuons à exterminer ces beaux géants uniques au monde.
La vérité est que si nous ne pouvons sauver les baleines, nous ne pourrons pas nous sauver nous-mêmes ».

Lire en anglais :

http://www.nzherald.co.nz/section/466/story.cfm?c_id=1501010&ObjectID=10357043

Sources:

dauphinlibre.be

Les « maux » pour le dire…

Bien Mérité.
Clarika.

La petite carte en plastique que l’État m’a donnée,
ah ouais, je l’ai bien Méritée.
Naitre en république dans une clinique chauffée,
ah ouais, je l’ai bien Mérité.
Les bancs de mon école, le pouvoir d’étudier,
ah ouais, je l’ai bien Mérité.
Aller voir mon docteur quand j’me sens fatiguée,
ah ouais, je l’ai bien Mérité.
La douceur de l’enfance, l’amour qu’on m’a donné,
bah ouais, c’est vrai, j’y avais pas pensé,
bah oui, pardi, on me l’a toujours dit,
bon sang, c’est sûr, c’est la loi de la nature,
c’est l’évidence, t’avais qu’à naitre en France.
Et tant pis pour ta gueule si t’es né sous les bombes,
bah ouais, tu l’as bien Mérité.
T’avais qu’à tomber du bon côté de la mappemonde,
bah ouais, tu l’as bien Mérité.
Si la terre est aride y’a qu’à trouver d’la flotte,
bah ouais.
Un peu de nerf mon gars pour la remplir ta hotte,
bah ouais.
On prend pas un bateau si on sait pas nager,
bah non,
on n’a que ce qu’on mérite, alors t’as mérité.

Bah ouais, c’est vrai, j’y avais pas pensé,
bah oui, pardi, on me l’a toujours dit,
bon sang, c’est sûr, c’est la loi d’la nature,
c’est l’évidence, t’avais qu’à naitre en France,
c’est l’évidence, t’avais qu’à naitre en France,
bah ouais, j’y avais pas pensé,
bah tiens, c’est bien, donnons nous les moyens,
c’est l’évidence, t’avais qu’à naitre en France,
c’est l’évidence, t’avais qu’à naitre en France.


Merci à Appas5 d’avoir ajouté ces paroles et à Clarika de les avoir écrite et surtout chanté.

  • Bien Mérité
  • Moi En Mieux
  • Lâche-Moi
  • Je Ne Serai Pas
  • Les Patineurs
  • Escape Lane
  • Attache-Moi
  • Non Ca S’Peut Pas
  • Les garçons dans les vestiaires
  • De Fille A Femme
  • Commerce, Raccolage et Liberté.

    Bonne année à toutes et à tous,
    puisse celle ci ne pas être la dernière mais seulement celle qui verra la fin de l’exclusion, des criantes inégalités, de l’injustice, de la cupidité, du népotisme, des délocalisations, du sabordage de l’économie, de la corruption, des spams et autres petits soucis du quotidien pour laisser la place à un peu plus d’Intelligence et beaucoup d’Altruisme, sans lesquels aucune civilisation ne saurait naître ni survivre.

    Comme le disait Juvénal:
    « Vitam impendere vero »
    (Consacrer sa vie à la vérité)
    c’est risquer d’être la cible de la censure la plus idiote.
    « Dat veniam corvis, vexat censura columbas« .
    (La censure épargne les corbeaux et tourmente les colombes).
    Être séduisante, c’est risquer de n’être apprécié que pour cela et du coup perdre toute crédibilité aux yeux des imbéciles.
    Cependant, les lois de la sexualité étant les mêmes que celles du commerce, la connaissance de ses principes élémentaires est la base du succès.
    Comme tout être vivant,
    nous obéissons prioritairement à nos hormones avant d’obéir à la raison.
    Attirés par le contenant, charmés par le contenu, puis envoutés par les sens pour être ensuite retenues par les promesses d’avenir ou d’évolution, au point de perdre instantanément la raison comme toute objectivité.

    Ce n’est pas un hasard si le mot Commerce du latin Con merx signifiant « avec marchandise » et le sexe sont lié à travers « le plus vieux métier du monde ».

    La réclame ou publicité,
    cet autre mot pour racolage, ou « Art d’exposer au public », condamnée d’une main, glorifiée de l’autre du même nain, est étonnamment proche sur le plan sémantique du terme latin « Pro Statuere » signifiant « mettre en avant ».

    A ce propos,
    il est étonnant que la personne ayant réussi à imposer la Loi 2003 contre le Racolage Passif, permettant aux autorités de contraindre n’importe quelle femme ou transgenre sous menace d’être fichée comme prostituée notoire, soit la même personne qui racole activement de la manière la plus obscène qui soit, sur toutes les ondes et à toute heure depuis quelques dizaines d’inter-minables années comme aucune tapineuse n’oserait le faire.

    Alice au Pays des Merveilles


    http://www.programme-tv.net/news-tv/series-tv/7549-pigalle-la-nuit-saison-2-confirmee/

    Pigalle, la nuit : Saison 2 confirmée.

    « Très bien accueillie par la critique et les téléspectateurs, on pouvait se douter que Pigalle, la nuit serait renouvelée.
    C’est aujourd’hui confirmé, la série de Canal + aura bien droit à une seconde saison.
    Nos confrères de Télé 2 Semaines nous apprennent qu’une saison 2 de Pigalle, la nuit verra prochainement le jour.
    Le succès critique de la série et ses bonnes audiences ont décidé Canal + de commander de nouveaux épisodes aux deux auteurs, Hervé Hadmar et Marc Herpoux.
    Diffusée au mois de novembre dernier, la série a rassemblé en moyenne 980 000 téléspectateurs par épisode.
    Pigalle, la nuit a bien rempli sa part du contrat, à Canal + désormais d’en diffuser la suite.
    Huit nouveaux épisodes sont d’ores et déjà en cours d’écriture, toujours sous la plume des deux créateurs originaux.
    Petit bémol cependant : cette saison ne pourra être diffusée qu’en 2012!
    Deux années d’attente pour une suite ça fait beaucoup, mais Hervé Hadmar et Marc Herpoux souhaitent préalablement boucler un autre de leur projet, Signature.
    Il s’agit d’une autre série, cette fois destinée à France 2, dont le tournage se déroulera cet été à La Réunion.
    Alors petit lot de consolation pour les fans : dans deux ans, les acteurs de la première saison de Pigalle, la nuit seront de retour.
    Une grande partie du casting initial devrait en effet rempiler, dont Simon Abkarian qui joue Nadir, le mystérieux proprio de sex-shops.
    Quant à l’intrigue, elle est tenue secrète pour le moment.
    Canal + peut ainsi se féliciter d’être l’une des chaînes les plus innovantes en terme de série télé.
    Grâce à des productions maisons audacieuses, elle multiplie les succès critiques et auprès du public, battant même les audiences de certains rouleaux compresseurs américains.
    Dernièrement, Braquo a fait l’objet d’un vrai plébiscite des abonnés, réalisant des scores d’audiences supérieurs aux saisons inédites de 24 heures chrono!
    Tout comme Pigalle, la nuit, la série d’Olivier Marchal aura elle aussi droit à une saison 2.
    Prochaines créations originales attendues sur la chaîne cryptée :
    Maison Close et Les Borgia. »
    Mathilde Saez.
    Samedi 26 décembre 2009 à 13h54.

    Daniela de Montmartre le lundi 28 déc à 01h40.

    La barre a été placée très haut pour cette transcription d’Alice au pays des Merveille dans le Pigalle des années 2000.
    Il n’est jamais facile de faire en sorte que les suites atteignent le même niveau quand ont démarre aussi fort.

    J’ai été plus qu’agréablement surprise de croiser dans ce petit bijoux,
    nombre de visages familiers, hélas souvent sous employés, bien au dessous de leurs réelles
    compétences mais dont la présence apporte quand même un petit plus indéniable.

    Puisse la suite faire une part moins obscure aux Trans vivant encore dans ce quartier et dont les talents sont très loin de se résumer à ne savoir que tailler des pipes dans les cinés spécialisés.

    Certaines écrivent, et même fort bien, d’autres peignent, sculptent ou modèles.Sont capables d’enseigner les arts de la danse à l’escrime, en passant par la couture, l’Aïkidô, les langues vivantes ou mortes, l’Histoire, l’informatique, le montage vidéo et même la mécanique ainsi que bien d’autres activités alors que la société Française, toujours aussi obtuse et rétrograde, continue à faire la fine bouche pour employer leurs inestimables talents et leur permettre de bénéficier des mêmes droits que tout un chacun au lieu de les pousser sans délicatesse dans la drogue et le tapin quand ce n’est pas tout simplement vers le suicide.

    Daniela de Montmartre le lundi 28 déc à 02h18.
    Il y a quelques années circulait une blague d’un gout plutôt suspect mais dont la morale est toujours autant d’actualité.

    Question:
    Savez-vous comment appelle-t-on dans nos pays civilisés une citoyenne occidentale dont l’un des lointain parents est d’origine africaine, qui
    partie de rien, étant issue d’une famille extrêmement modeste parvient après des années d’efforts et de sacrifices a se doter de plusieurs doctorats notamment ès sciences politiques, droit international et sciences économiques, faisant du bénévolat en tant qu’assistante sociale, mère de deux enfants sortis comme elle hautement diplômés, présidente d’associations sportives et de soutient scolaire, conseillère municipale, habile au tir de précision à grande distance, maîtrisant plus que correctement une dizaine d’arts martiaux, une vingtaine de langues vivantes et leurs dialectes ainsi qu’une poignées de langues mortes, lues, écrites et parlées, classée de surcroit parmi les meilleures joueuses mondiales d’échec?

    Réponse:
    « Une putain de négresse. »
    Et si à cela vous précisez que la belle est hermaphrodite la réponse devient:
    « Un putain de travelo! »
    ou bien:
    « Désolé mais ça ne peux pas exister et ça n’existera jamais ».

    Démontrant si nécessaire à quel point notre monde soit disant « civilisé » a encore bien du chemin à faire avant de pouvoir affirmer être égalitaire.

    Tout ce que nous voyons autour de nous n’étant rien de moins que son exacte contraire.

    Vue les termes employés,
    je fais confiance à la censure pour éliminer tout ou parti des commentaires présentés suivant la bonne vieille locution latine:
    « Dat veniam corvis, vexat censura columbas ».
    (La censure pardonne aux corbeaux et poursuit les colombes).

    De l’importance pour le devin aveugle de savoir courir et danser sur le fil du rasoir.

    Lire la suite

    Portrait Tibétain. Histoire de marquer le coup contre leurs occupants ;-)

    Qui suis-je, où vais-je, dans quelle étagère?
    Arrive toujours un moment où l’on aimerait, telle l’insouciante Alice, traverser le miroir.

    Si tu étais un air?
    « Oxygène » de Jean Michel Jarre.
    Le Xlokk ou Sirocco, cet air chaud du désert semant le sable rouge au delà des Sept Mers.
    « De Rien » 🙂

    Une chanson?
    « To Bi or not to Bi » de Ysa Ferrer.
    « Les Filles sont des Garçons bizarres » de Elisa Point.
    « Secrets Glacés » d’Alain Chamfort.
    « Forbiden Colours » de Ryuichi Sakamoto et David Sylvian.

    Un objet?
    j’opterais pour une modeste mais solide théière japonaise en fonte, un éventail pliable en acier aiguisé et une paire de baguettes en inox.

    Une saison?
    Une saison Phœnix.
    Un printemps trop bref, un été à l’ombre, un automne pluvieux, un hiver chaleureux.

    Un plat?
    La vengeance, froide, douce et désaltérante comme un kaki lentement muri 🙂

    Un animal?
    L’Humain, un Centaure, une étincelante et attachante Chimère, un Simurgh, un Narval, ce cétacé à la dent dure…

    Une couleur?
    Arc en ciel, Irisée, gris coloré.

    Un Roman?
    « L’Epopée de Gilgamesh ».
    « Les Voyages de Gulliver » de Jonathan Swift.
    « Est-ce que les androïdes rêvent de moutons électriques » de Philip K. Dick.

    Une légende?
    La légende amérindienne des guerriers de l’Arc en Ciel.
    L’Odyssée.

    Un personnage de fiction?
    Dieu, l’Homme, la Bonté, la Bravoure.

    Un personnage Historique?
    Aristodéme de Cumes.
    Diogéne de Sinope.
    Herakles/Gilgamesh d’Uruk.
    Hermaphrodite d’Halicarnasse.
    Hypathie d’Alexandrie.
    Le Chevalier d’Eon.
    Léonardo da Vinci.
    Omphale de Lydie.
    Penthesíleia.
    Tiresias de Thèbes.

    Un film?
    « Le Roi et le Clown » (« Wang-ui namja » « L’Homme du Roi ») de Lee Jun-Ik (2005).
    « Beautifull Boxer » de Ekachai Uekrongtham (2003).
    « Adieu ma Concubine » (« Bawang Bieji ») de Chen Kaige (1993).
    « Breakfast on Pluto » de Neil Jordan (2005).
    « Blindness » de Fernando Meireilles (2008).
    Satree lek (« Satreelex, the iron ladies ») de Youngyooth Thongkonthun (2000).
    « Conan the Cimerian » de John Milius (1982).
    « Blade Runner » de Ridley Scott (1982).
    « Ran » de Akira Kurosawa (1985).
    « Aprés la pluie » (« Ame Agaru ») de Takashi Koizumi (1999).
    « Tabou » (« Gohatto ») de Nagisa Oshima (1999).
    « Cloverfield » de Matt Reeves (2008).
    « Le Guerrier fantôme » (« Ghost Warrior ») de J. Larry Carroll (1986).

    Une Série?
    « Le Kimono Rouge » (« Bigo o shitte imasuka » « Connaissez-vous Bigot? ») de Olivier Gérard et Yuji Murakami (1982).
    « Battlestar Gallactica » (2003-2009).
    « Pigalle, la Nuit » de Hervé Hadmar. (2009).

    Un film d’animation?
    « Samourai Champloo » et « Cowboy Bebop » de Shin’ichiro Watanabe.
    « South Park » de Trey Parker et Matt Stone.
    « Sin City » de Frank Miller et Robert Rodriguez.

    Une arme?
    La pointe de la connaissance aiguisée des choses de la vie, projetée par l’arc composite de l’expérience et protégée par l’éblouissement du bouclier de lumière.

    Un endroit?
    L’Atlantide.
    La Fontaine de Salmacis.
    Le Jardin des Hespérides.

    Une devise?
    « Apprendre, Comprendre, Partager, sont les trois joyaux permettant l’humanité de s’élever. Toute autre valeur n’est que vanité ».
    « Apprendre, c’est comprendre que tout est lié ».
    « Noël au balcon, enrhumé comme un con ».

    Une locution?
    A bove ante, ab asino retro, a stulto undique caveto.
    Prends garde aux boeuf par devant, à l’âne par derrière et aux imbéciles par tout les cotés.
    Bene diagnoscitur, bene curatur.
    A bon diagnostique, bon remède.
    Dat veniam corvis, vexat censura columbas.
    La censure pardonne aux corbeaux et poursuit les colombes.
    Ave, ave, aves esse aves?
    Salut aïeul, veux-tu bouloter des oiseaux?

    Un oiseau?
    La Grue de Mandchourie.
    Le Cormoran.
    Le Phoenix.
    Une Sirène.

    Un élément?
    L’Aurichalque.
    Le Souffre à l’état gazeux
    L’Eau et l’état solide
    L’Air à l’état liquide.
    Le Feu de la passion.

    Un Phénomène Physique?
    La sublimation.
    La réverbération.

    Un végétal?
    La Mousse costaude, l’éponge la Datte, le Bambou matinale, l’Anémone de mer, la Gorgone, le Figuier, le Plaqueminier.

    Un fruit?
    Celui de la connaissance,
    Le Concombre et ses deux Abricots,
    le Kaki Transgénique,
    la Péche sans la ligne,
    la Tomate Cerise,
    la Passion.

    Un bruit?
    Celui d’une cascade de glace 🙂
    D’une pluie de pétale.
    D’un vent de folie.

    Un climat?
    Chaud et humide comme la mousson d’Eté.
    Froid et sec comme celle d’Hiver.

    Un loisir?
    L’écriture.
    Apprendre, Comprendre et Partager.

    Une planète?
    Gaïa ou Nibiru.

    Un vêtement?
    Un simple tube traditionnel plus ou moins cousu, Toge, Kimono, Chi Pao ou Sarong.

    Une pièce?
    La chambre volière/salon/salle à manger/bureau/jardin d’hiver.
    « Chûshingura ».
    « La nuit des Rois » et « Le Roi Lear » de Wiliam Shakespear.

    Un véhicule?
    Un Whike ou vélo couché à voile (ou à vapeur), ou une trottinette aiguisée 🙂

    Un adverbe de temps?
    Bientôt.

    Un adjectif?
    Subversive, Ambigüe, Sibylline, Chevaleresque, Décalée mais pas Coupée.

    Mon héroïne ou mon héros favori?
    Cybèle,
    Salmacis,
    Penthésilée,
    Omphale,
    Gilgamesh / Herakles,
    Tiresias,
    Diogène de Sinope,
    Aristodeme de Cumes / Parthénopée,
    Hypatie d’Alexandrie,
    Gong Gil,
    Zheng He,
    Léonard de Vinci,
    la chevalière d’Eon,
    Ariane Bourgoin,
    Daphné Bürki,
    Pauline Lefèvre,
    Marie Colmant,
    Patrick Boutot,
    Jacques Yves Cousteau,
    Yves Paccalet,
    Paul Watson,
    … et ma maman 🙂

    Une qualité?
    Altruiste,
    Autodidacte, Protectrice, Renversante, Constante, Enthousiaste, Habitée, Lumineuse et infiniment Modeste 🙂

    Un défaut?
    Franche, Altruiste, Protectrice, Renversante, Constante, Enthousiaste, Habitée, Lumineuse et définitivement beaucoup trop Modeste 🙂

    Une religion?
    Le culte de Cybèle, le Sikhisme, l’Hindouisme, le Shintô ou toute autre Philosophie Chamaniste en accord sur le fait que l’Homme dois comprendre et servir Mère Nature et non l’inverse.

    Et toi, qui es-tu?