Le plus précieux des joyaux.


« Parmi ces créatures vivantes appelées Humains,
aucune n’a été plus précieuse à mon cœur que toi,
et personne ne me sera jamais plus chère.

Ton amour et la satisfaction de ta présence
étaient les deux seules sources d’inspiration de ma vie.
Celles ci auraient pu durer éternellement sans ne jamais faiblir.

Ainsi, je rêvais qu’avec ta seule présence,
je vivrais correctement la vie durant,
sans tromperies ni désagréments.

Seul le Karma connaissait ma pensée,
c’est pourquoi il a créé la discorde
et déchiré ce cœur qui t’appartenait.

En t’emportant, m’éloignant ainsi de ton exaltante présence
et m’imposant un intarissable lot de souffrances,
Il m’a privé de ta douce chaleur ».

Tel est l’unique poème de la civilisation tokharienne parvenu à nos jours.